17h00. Une alarme sonne comme un glas funèbre. Dans la rue, les bruits s’évanouissent doucement. La soirée d’Halloween est sur le point de commencer. Soirée de compétions pour les différentes Maisons de la Fondation, les parents et les enfants se tenaient prêts depuis maintenant quelques semaines. La surprise n’allait en être que plus belle pour les membres du jury et les employés de la Fondation laissés dans le flou. C’est donc en rang d’oignons, se bousculant poussés par l’excitation, que les adultes, membres du jury, se pressent auprès de la première maison : Ella Yallah.

Derrière le portail de métal brun, un cercle de chaises délimite un pentagramme dessiné à la craie blanche, de vieilles bougies et une poubelle d’acier brûlée… Ate Dolly en tête du cortège pousse alors la porte qui s’ouvre dans un grincement lugubre. En position, les jeunes adolescents de la Maison, avaient eu recours à une ingéniosité impressionnante pour recréer l’ambiance macabre d’une scène d’horreur. Costumes, fumigènes, accessoires, faux sang et mise en scène, rien n’était laissé au hasard.

« Les enfants ont eu l’opportunité de conceptualiser et de créer l’univers de leur maison pour cette édition d’Halloween », commence Ate Dolly, coordinatrice de SiBuHi. « Je suis d’ailleurs agréablement surprise. Je ne m’attendais vraiment pas à un tel résultat. Chaque maison a fourni un travail impressionnant », continue-t-elle, amusée, avec un large sourire.

Ella Yallah, était une des 5 Maisons participant à la compétition. Dispatchées dans le quartier les autres résidences étaient également le théâtre du macabre et de l’horreur. Ainsi, Masaya, était devenue une maison funèbre où veuves en noir pleurent la mort et la faucheuse anime la messe, Tanglaw un atelier de torture et d’incarcérations et la Maison Elizabeth, une balade ténébreuse dans une maison hantée. Un peu plus loin, ayant fait le déplacement pour l’occasion, les enfants de l’Ecole Mobile, dans une ambiance enfantine avaient récréé l’ambiance d’une maison de poupée et distribuaient des bonbons au plus grand plaisir des adultes.

« Le thème de cette année était l’horreur et l’épouvante », confie Ate Dolly. « Les jeunes ont fait preuve d’une imagination et créativité débordante. Cette soirée a vraiment été l’occasion pour eux de démontrer leurs talents et mettre à profit ce qu’ils ont pu apprendre à SiBuHi. »

« Les enfants ont réussi à reproduire des atmosphères lugubres et terrifiantes en réutilisant seulement des matériaux usagés et recyclés. Ils ont montré une réelle ingéniosité sur leur costume et maquillage. Cette soirée a également permis aux parents des différentes Maisons de comprendre l’importance des arts et des activités créatrices dans le développement des enfants. Ils ont pu y mélanger leur passion pour la musique, la danse mais également le théâtre et le maquillage. Les membres de la chorale ne vivant pas dans les Maisons de Virlanie ont également pu participer en aidant à peindre la banderole. »

« Cette année Halloween a été un véritable succès. Je suis contente que tout le monde ait pris plaisir à participer », conclut Ate Dolly.

La soirée s’est terminée avec les performances des différentes Maisons et des enfants de l’Ecole Mobile devant l’ensemble de la Fondation et autres adultes s’étant déplacés pour l’occasion.