Depuis 3 ans maintenant, Virlanie a établi un partenariat avec l’association d’ostéopathes volontaires Hands of Solidarity. Après deux missions très concluantes en 2017 et 2018, Virlanie accueille cette année encore deux volontaires ostéopathes pour un mois de mission au sein des maisons du Pilier Résidentiel.

Un mois de volontariat aux Philippines

Nathalie, 42 ans, est Française et a pratiqué l’ostéopathie pendant plus de 10 ans au sein de son propre cabinet. Luis, 23 ans, est Portugais et vient juste d’obtenir son diplôme d’ostéopathe pour exercer à plein temps. Si leurs expériences professionnelles différent, ils partagent la même ambition de mettre leurs compétences professionnelles au service d’une mission sociale. C’est ainsi qu’ils se sont tous deux engagés dans une mission de volontariat d’un mois au cours duquel ils traiteront tous les enfants du Pilier Résidentiel.

L’ostéopathie est une pratique médicale visant à soigner les troubles médicaux par la manipulation et le massage des os, des articulations et des muscles. Par cette pratique, nos volontaires apportent un service supplémentaire à ceux prodigués par le Pilier Santé pour assurer la guérison, la bonne santé et le bien-être des enfants.

Nathalie explique qu’elle avait depuis longtemps le projet de mettre son expertise au service d’une cause social mais regrette que la plupart des missions humanitaires auxquelles elle postulait exigeait des praticien un diplôme doctoral.

Luis, qui débute tout juste sa carrière d’ostéopathe, confie avoir été rassuré d’être assigné dans une Fondation établie de longue date. Savoir que Virlanie opère depuis plus de 27 ans aux Philippines l’a conforté dans son engagement et lui a permis de se sentir en sécurité dès son arrivée dans un pays pourtant totalement inconnu. Il est reconnaissant envers Virlanie de lui offrir l’opportunité de mettre son savoir au service d’enfants dans le besoin.

Construire une relation de confiance avec les enfants, prérequis à toute intervention médicale

La mission des ostéopathes est de traiter les 180 enfants et jeunes adultes du Pilier Résidentiel en 1 mois. Aussi, apprendre à connaître les enfants et gagner leur confiance représente une grande partie de leur travail. Nos deux volontaires savent qu’il est important de ne pas les brusquer. « Je laisse les enfants venir à moi. Nous sommes des étrangers, nous avons une culture différente et ils ne nous connaissent pas encore. Il me semble primordial de ne pas être trop intrusifs avec eux et d’attendre plutôt qu’ils viennent à nous. Nous voulons construire une relation de confiance », explique Nathalie.

Les volontaires savent que les enfants de Virlanie ont traversé des situations difficiles. Aussi, Luis a été impressionné de constater à quel point ils se comportaient de façon responsable et serviable. Après son premier déjeuner pris à la Maison Ella Yallah par exemple, un des garçons s’est précipité sur son assiette vide pour l’aider à débarrasser et faire la vaisselle. Il apprécie l’accueil chaleureux et la gentillesse des Philippins et il est admiratif des équipes qui entretiennent un environnement responsabilisant et aimant au sein de chaque maison.

Luis reconnaît qu’il n’est pas toujours facile de communiquer avec les enfants étant donné que la plupart d’entre eux ne parlent pas anglais. Mais cela fait partie intégrante de son travail d’ostéopathe, il est donc attentif à bien se faire comprendre : « Il est très important de s’adapter et de comprendre les émotions des enfants. J’essaye toujours de leur expliquer ce que je fais avant toute manipulation, pour éviter tout malentendu et stress inutile, je souhaite qu’ils soient pleinement relaxés. »

Les besoins spécifiques des enfants de la Fondation

Nathalie a tout de suite remarqué que les enfants étaient particulièrement tendus. D’après elle, cela s’explique par leurs expériences traumatiques. Le corps humain accumule des tensions à la fois physiques et psychologiques en fonction des évènements vécus. Ainsi, dormir dans la rue pendant un certain temps a autant de conséquences physiques néfastes pour leurs corps que le manque d’amour ou le sentiment de solitude dont ils ont souffert. Les corps de ces enfants sont marqués par leurs manques affectifs.

La plupart des enfants, et même les tout-petits, ont des tensions physiques comparables à celles des parents de maisons de 40 ans. C’est pourquoi chaque enfant reçoit des soins individuels pendant environ 30 minutes pendant lesquelles l’ostéopathe les masse pour décontracter les points de tension et soulager leurs douleurs profondes.

Les ostéopathes organisent deux sessions de soins par maison : une le matin, une l’après-midi, afin que tous les enfants puissent être traités sans pour autant bouleverser leur emploi du temps (à l’école ou pendant leurs activités extra-scolaires).