Créé en 1997, le centre de créativité et de développement SiBuHi est un lieu accueillant où les enfants peuvent exprimer librement leurs émotions, sentiments ou expériences de manière créative et artistique. À travers l’art visuel (peinture, art plastique…), le sport (baseball, taekwondo…) ou encore la musique (chorale, piano…), les enfants découvrent et développent leurs talents propres. Ces activités permettent aux enfants d’avoir une meilleure estime d’eux-mêmes et une confiance en eux renforcée.

Beaucoup de ces activités sont organisés grâce aux volontaires, bénévoles locaux et étrangers, donnant de leur temps et désireux de partager leur savoir-faire. Ainsi, Ate Dolly, coordinatrice du Centre et deux volontaires ont bien voulu partager leurs histoires et expériences.

Ate Dolly : Chaque enfant a un talent

« Chaque enfant a un talent », répète souvent Sophia Dolly Alejandro, plus connu sous le nom d’Ate Dolly, coordinatrice de SiBuHi

Avec le temps, Ate Dolly a compris et réalisé à quel point les activités du Centre aident les jeunes bénéficiaires à retrouver un équilibre et un sens à leur vie. « Les ateliers mis en place les inspirent à se reprendre en main », ajoute-t-elle.

Cela fait maintenant près de 24 ans qu’Ate Dolly travaille pour la Fondation. Pendant toutes ces années, c’est son amour pour les enfants, sa passion pour les arts, le sport et la culture et ses collègues qui l’ont poussé à continuer. Elle est fière du succès des jeunes bénéficiaires. Elle raconte, les yeux pétillants, « je me souviendrais toujours des entrainements de taekwondo, c’est l’un de mes plus beau souvenir. Cinq des enfants ont pu passer leur ceinture noire. J’étais tellement fière. Un des autres grands succès, c’est la Chorale. C’est quelque chose d’absolument incroyable. C’est juste inimaginable de penser que ces enfants aient pu vivre de tels moments, beaucoup d’entre eux ne pouvaient à peine y rêver.
Lors des compétitions sportives, nous sommes à 100% derrière eux (moi, les parents des différentes Maisons et les volontaires), nous avons le sentiment d’appartenir à une grande et même famille. On leur apporte notre soutien et nos encouragements. »

La coordinatrice de SibuHi pense que d’investir dans le potentiel de chaque enfant est important pour leur développement. « Grâce aux activités de SiBuHi, beaucoup ont pu évacuer leur stress et leurs négativités. Bien que SiBuHi ne soit pas un centre de réhabilitation directe, je ne pense pas me tromper en affirmant que les ateliers et cours aident les enfants, » raconte Ate Dolly.
Les activités aident également les enfants à améliorer leur sociabilité et interactions avec les autres. Par exemple, nos jeunes joueurs de foot jouent et s’entrainent avec des enfants venant de différents milieux sociaux, » ajoute-t-elle.

Ate Let : Une artiste créatrice de sourire

Josefina Aliwalas, dit “Ate let”, est une artiste bénévole. Elle enseigne les arts plastiques à SiBuHi depuis 2009. Chaque mercredi, elle rassemble ses étudiants dans le Centre. Ensemble, ils passent près de 3 heures à créer peintures, croquis, transmettant ainsi leur plaisir pour l’art et un sourire contagieux. Quand on lui demande pourquoi elle a choisi la Fondation, elle répond simplement : « j’aime à penser que les enfants s’amusent et prennent plaisir à venir à mes leçons. Parfois, certains arrivent en avance. C’est un bon signe, cela veut dire qu’ils apprécient ce qu’ils font. » ajoute-t-elle fièrement.

La plus grande difficulté de l’enseignante est de garder l’attention des enfants. « Je les encourage à s’exprimer à travers différents media. De plus, mes ateliers sont ouverts à tous. Cela permet à tous les enfants, même les non-inscrits, de se découvrir de nouveaux talents, mais également de la curiosité et de l’ingéniosité. Ainsi, lorsque les prochaines sessions d’inscription pour ma classe se présentent, ils viennent d’eux-mêmes trouver Ate Dolly pour lui demander, » partage-t-elle.

Elle ajoute également l’importance de se familiariser avec différentes expressions artistique. « La chose la plus importante est l’intérêt de l’enfant. Souvent, ils n’ont pas une réelle conscience de leur talent ou même de leur capacité artistique n’ayant pas été exposé à l’art auparavant. Mais, leur intérêt évolue et change lorsqu’un premier contact est fait. Certains de mes élèves sont d’ailleurs les premiers à encourager leurs camarades à venir, » explique-t-elle.

Sir Rey : Rêver de voir se réaliser le rêve des enfants.

Sir Rey Anthony Palomo est devenu volontaire auprès de la Fondation Virlanie en 2011 après avoir entendu parler de l’organisation pendant un entrainement de football. Devenu manager du Global FC Youth Center Club, il s’est engagé avec sa femme et ses deux enfants, à entrainer les jeunes de la Fondation. Il explique : « j’aimerais que les enfants puissent vivre les joies du football, qu’ils puissent découvrir la beauté de ce sport mais également la discipline et la persévérance que cela implique. Le football peut également apporter des opportunités d’avenir que l’on sous-estime. »

Entraineur des enfants de Virlanie depuis maintenant 5 ans, Sir Rey a eu la chance d’en voir beaucoup grandir. « J’adore voir les enfants reprendre confiance en eux, s’amuser et se construire à travers le sport, » raconte-t-il. « J’espère et je prie pour que je puisse aider les enfants à réaliser leur plus grand rêve, obtenir une bourse de sport-étude, ou encore les accompagner et les entrainer pour qu’ils puissent un jour jouer en tant que professionnel ou dans l’équipe Nationale. Ce sont des opportunités uniques et rares mais qui leur permettront de devenir indépendant et de redonner auprès de leurs familles, » confie l’entraineur.
Sir Rey raconte également comment être volontaire n’est pas un effort égoïste mais une récompense partagée par lui- et les enfants. Son engagement a permis aux enfants de la Fondation d’apprendre le football mais lui a également permis à lui-même, sa femme et ses enfants d’apprendre nouvelles valeurs comme le partage et l’amitié. « Cela fait de moi, quelqu’un de meilleur, » ajoute-t-il. « C’était un moment absolument magique lorsque les enfants et l’équipe ont pu participer au Championnat et se hisser en haut du podium. Chaque enfant avait un large sourire, une expression d’espoir et les yeux pétillants. Un souvenir que je ne pourrais jamais oublier. »

Le Centre SiBuHi est l’un des programmes de soutien de la Fondation Virlanie. Il offre un cadre aux enfants pour pouvoir s’exprimer sur des sujets et matières souvent peu adressées à l’école. Pour en savoir plus sur le programme, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : info@virlanie.org