Get Lit! 07222019

De jeunes entrepreneurs sociaux du Grand Manille, ainsi que les participants au projet Eurasianet “Keep Your Eyes Open” se sont réunis le 22 juin dernier pour le séminaire-atelier “Get Lit!: Engaging the Youth in Social Entrepreneurship” (« Soyez éclairés ! Engager les jeunes dans l’entreprenariat social » ) qui s’est tenu à l’Ecole d’Art et de Design de l’Université De La Salle de Saint Benilde.

Cet événement a été le point d’orgue du projet Keep Your Eyes Open, dont l’activité consiste à renforcer les capacités de jeunes engagés dans l’entreprenariat social. Eurasianet, qui a conduit le séminaire-atelier, est un réseau multi-dimensionnel d’entrepreneurs sociaux à travers l’Europe et l’Asie, qui permet à ses membres d’échanger des bonnes pratiques et d’innover dans le domaine afin de promouvoir l’entreprenariat social parmi les jeunes.

En partenariat avec les organisations Eurasianet, Open M, Europski Dom Slavonski Brod et D’Avent, et créé par la Commission Européenne, Get Lit vise à identifier les défis et les enjeux liés à l’entreprenariat social aux Philippines, et à permettre aux participants d’échanger bonnes pratiques, solutions et pistes d’évolution, et aussi de tisser un réseau informel aux Philippines.

L’entreprenariat social aux Philippines

« Les entreprises sociales doivent s’unir pour faire émerger un projet de loi (sur l’entreprenariat social) et faire pression sur le gouvernement, » a déclaré Erwin Lizarondo, consultant en innovation sociale et mentor pour plusieurs entreprises sociales à Taïwan, en Corée du Sud et aux Philippines, et aussi le principal intervenant au cours de la première discussion de l’événement.

Cette première discussion s’est concentrée sur l’entreprenariat social aux Philippines. M. Lizarondo a évoqué l’état actuel du secteur dans le pays, et notamment les législations qui devraient permettre son développement et sa promotion.

« Sans loi, ce sera difficile de rendre les entreprises sociales responsables vis-à-vis des changements qu’elles souhaitent engager », a ajouté M. Lizarondo.

A ce jour, le Ministère du Travail et de l’Industrie philippin enregistre les entreprises sociales comme des petites et moyennes entreprises, car elles n’ont pas encore de statut légal à part entière. Mais ces entreprises et ces entrepreneurs ne cessent de croître et de se multiplier aux Philippines, et de nombreuses ONG y font appel dans le but de fournir des moyens durables de subsistance à leurs bénéficiaires.

 

Engager la jeunesse

Dans un second temps a eu lieu un échange entre Vicky Atlani, gestionnaire de projets et de partenariat chez Eurasianet ; Lily Flordeliz, Directrice exécutive de Bahay Tuluyan ; et Audrey Tangonan, fondatrice et directrice de Sinaya Cup. Toutes ont partagé leurs expériences et les défis qu’elles ont dû relever en travaillant avec des jeunes dans le domaine de l’entreprenariat social.

“En tant que jeune, nous avons un avantage compétitif sur le marché de la création d’entreprise car nous ne sommes pas conditionnés par le statut quo, au contraire, nous sommes ouverts aux innovations », dit Audrey Tangonan en évoquant les avantages d’être un jeune entrepreneur social. A 27 ans, Audrey a fondé Sinaya Cup, une marque philippine de coupes menstruelles qui permet aux femmes de communautés défavorisées de s’autonomiser en donnant des séminaires dans le domaine du soin et de la santé reproductive.

Bahay Tuluyan, ONG qui propose différents programmes et services visant à prévenir et lutter contre la maltraitance et l’exploitation des enfants aux Philippines, offre des opportunités de formation à ses jeunes bénéficiaires, afin de développer leurs compétences et leur permettre de disposer de moyens durables de subsistance par le biais de l’entreprenariat social.

« … Car ce qui compte pour nous, c’est que les jeunes s’en sortent et qu’ils réalisent la valeur de leur formation », a déclaré Lily Flordeliz.

Le but premier de Get Lit est d’appliquer l’éducation non formelle et l’apprentissage par la pratique, pour favoriser l’emploi des jeunes via l’entreprenariat social, révéler leur créativité et leurs qualités de leadership, et les aider à créer un impact social par le biais de l’entreprise.

En dépit des défis rencontrés par les 3 intervenantes dans leurs organisations respectives, Vicky Atlani encourage les participants en leur expliquant l’aspect positif des difficultés auxquelles les entrepreneurs peuvent être confrontés. « Les échecs font partie du processus. Prenez-les comme des atouts pour éclairer votre route, » a-t-elle ajouté.

Get Lit a été le point d’orgue du projet Keep Your Eyes, et l’occasion de pouvoir tisser un réseau international de jeunes entrepreneurs sociaux entre l’Europe et l’Asie. Pour comprendre comment l’entreprenariat social a un impact sur les communautés et sur les familles, venez découvrir Likhaya, l’entreprise sociale de Virlanie. Rendez-vous sur : https://fr.virlanie.org/pilier-insertion/likhaya-by-virlanie/